Archéoson : un carnet de recherche au service du sensoriel

Petit résumé

Le projet Bretez, le laboratoire virtuel de l’archéologie du paysage sonore, a très rapidement connu une visibilité sans qu’il soit présent, en tant que tel, sur les réseaux sociaux ou qu’il ait besoin d’un support de communication particulier. Toutefois, faire connaître, non la discipline mais ce qui fait discipline (les outils, les méthodologies…) devient rapidement essentiel. Se pose donc la question du support, de l’objet de médiation. L’archéologie du paysage sonore est une transdiscipline hybride (Sciences Humaines et Sociales et Sciences de l’Ingénieur), un « objet » complexe et encore peu habituel.

Après avoir testé le site web (pour Bretez), les réseaux sociaux (qui ont rapidement montré leurs limites), il fallait trouver l’outil le plus adapté pour une communication agile.

Dans Archéoson (https://archeoson.hypotheses.org/), nous traitons du son, de la matière sonore, non pas comme dans les sciences de l’ingénieur, mais sous l’angle des sciences humaines et sociales.

Toute jeune discipline, nos outils et méthodes évoluent très rapidement. Chaque campagne de captation est richement documentée de supports hétérogènes (audio, vidéo, schéma, photo…).

L’équipe qui se cache derrière Archéoson est formée de 3 personnes : l’archéologue du paysage sonore (moi), l’ingénieur son (Martin Guesney, qui m’accompagne au quotidien) et la responsable de la documentation de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH). Nous avons réfléchi longuement en équipe et à l’issue de nos échanges, c’est le format carnet de recherche qui remporta le marché : nous pouvons publier très rapidement, sous des formes diverses, et presque tous les médias que nous utilisons peuvent y être intégrés.

Que trouve-t-on dans Archéoson ?

Dès les premiers billets, j’ai cherché à montrer notre travail sous un angle scientifique, certes, mais de manière moins contrainte qu’on pourrait le faire dans les publications académiques. De plus, nous pouvons rendre compte très rapidement de nos dernières évolutions (le temps de publication est le nôtre : il peut varier de quelques jours à quelques semaines, mais rarement plus). La présentation de nos travaux est donc « à jour ».

Presque toutes les campagnes de captation font l’objet d’un billet – certaines, plus denses, en comportent plusieurs. Relativement bref, le billet est richement documenté de fichiers audio (pour permettre au visiteur de bien cerner le but de la captation), de photos. Mettre le lecteur dans la recherche ou dans la posture du simple observateur me semble essentiel. Ainsi, le public ciblé représente un panel large : la discipline elle-même se prête à cet exercice bicéphale recherche vs grand public.

Élaboration d’un billet : pas de recette unique, mais un document maître !

Comme la rédaction et la mise en ligne des billets est un travail d’équipe, il a fallu créer un document qui permette à l’ensemble de la chaîne de production de communiquer. En effet, nous sommes trois et la communication doit être fluide. Standardiser un modèle est essentiel pour la bonne compréhension du texte et ses fichiers à mettre en ligne.

Figure 1 : Fiche de rédaction pour un billet Archéoson

Chaque billet comporte donc les références de l’ensemble des éléments qui seront mis en ligne (figure 1). La mise en ligne est ainsi facilitée : le dossier comprend tous les éléments nécessaires, référencés et localisés sur le document de base.

Que trouve-t-on dans Archéoson ?

Nous avons la chance de mener des campagnes de captation très diverses.

Les différents projets mènent nos pas aux quatre coins de France. Et nous faisons découvrir :

En guise de conclusion

Étudier la sensorialité est un domaine de niche et très récent. Les technologies mises en œuvre évoluent rapidement et ont une incidence sur nos méthodologies et nos travaux. Pour en rendre compte, le carnet de recherche me semble un outil bien adapté – d’autant qu’il permet des publications multimédia (et qui sait à terme transmédia). Il nous offre également la possibilité de rendre compte très rapidement de l’avancée de nos études, analyses et résultats.

Pour citer ce billet : Mylène Pardoen. Archeoson : un carnet de recherche au service du sensoriel. Les carnets de l’archéométrie, 04/04/2023, https://gt3cairn.hypotheses.org/?p=1104

Mylène Pardoen est archéologue du paysage sonore. Ingénieur de recherche au CNRS, en poste à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon (MSH-LSE – USR 2005),  chercheur associé à EVS (UMR 5600 – CNRS) au CHR/LaDéHiS (UMR 8558 EHESS-CNRS), elle travaille dans les sciences humaines et sociales (SHS), en Humanités Numériques.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mylène Pardoen (5 avril 2023). Archéoson : un carnet de recherche au service du sensoriel. Les carnets de l’archéométrie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p936


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search