Acquisition d’un imageur XRF pour l’analyse d’objets du patrimoine

Grace aux participations conjointes du DIM-Map (Domaine d’Intérêt Majeur Matériaux anciens et patrimoniaux, Région Ile-de-France), de la FSP (Fondation des Sciences du Patrimoine), du MNHN (Museum national d’Histoire naturelle), du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) et du MC (Ministère de la Culture), le Centre de Recherche sur la Conservation (CRC) a fait l’acquisition d’un imageur de fluorescence des rayons X dans le but de réaliser des analyses non invasives des matériaux constituants les objets de notre patrimoine culturel et naturel. Cette technique permet d’obtenir des cartographies des éléments chimiques présents dans la matière, c’est-à-dire d’identifier ces éléments ainsi que leur distribution spatiale sur la surface analysée.

Vue de l’imageur XRF du CRC analysant un éventail (musée de la Princerie de Verdun) ©DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

Vue de l’imageur XRF du CRC analysant un éventail (musée de la Princerie de Verdun) ©DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

 

L’imageur du CRC, de son petit nom commercial le M6 Jetstream de l’entreprise Bruker, permet de couvrir des surfaces planes assez grandes (80×60 cm) avec une résolution spatiale pouvant varier de 0,1 à 0,5 mm. Cet appareillage, présent dans plusieurs grandes institutions à l’international mais actuellement unique en France, est hébergé alternativement au sein du musée de la Musique (Philharmonie de Paris) et dans les locaux de l’équipe du CRCC au Jardin des Plantes de Paris. Repoussée à cause du contexte sanitaire, sa récente arrivée au Muséum national d’Histoire naturelle lui permet aujourd’hui d’intégrer l’offre de service d’analyses proposée par la plateforme de cette institution, s’ajoutant aux plateformes, nationales ou européennes, permettant l’accès à cet instrument. Les informations techniques et d’accès à l’instrument sont à retrouver ici.

Réglage de la caméra permettant le choix de la taille de faisceau de l’imageur X, avec une vue rapprochée de l’éventail (musée de la Princerie de Verdun) sous la tête de mesure ©DIM Matériaux anciens et patrimoniaux
Réglage de la caméra permettant le choix de la taille de faisceau de l’imageur X, avec une vue rapprochée de l’éventail (musée de la Princerie de Verdun) sous la tête de mesure ©DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

L’imageur du CRC, acquis en décembre 2018, a déjà permis d’analyser des corpus prestigieux, comme les lettres de Marie Antoinette conservées aux Archives Nationales (voir publication) ou les manuscrits du Mont Saint-Michel conservés à Avranches. Sa présence au musée de la Musique offre également une opportunité unique d’analyser des objets et des instruments présents dans les collections de cette institution.

Ces différentes analyses ont permis de répondre notamment à plusieurs types de questions, telles que : (i) la discrimination d’inscriptions présentes sur un corpus d’objets d’atelier ayant servis à la réalisation d’instruments par Antonio Stradivari (voir publication), (ii) la relecture d’emblèmes sur un autre corpus d’instruments à cordes fabriqués au XVIème siècle par Andrea Amati (voir publication) et celle d’inscriptions sur des instruments collectés par Victor Schoelcher au XIXème siècle, ou encore (iii) la redécouverte, en complément avec d’autres techniques analytiques, d’une peinture sous-jacente sur des lambris de l’église du Quillio (voir publication) étudiés par le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH), dans l’objectif de répondre à un problème concret de conservation-restauration. D’autres grands projets actuellement en cours permettent l’élargissement des problématiques visées par cette technique et des types d’objet analysés.

Banza collecté par Victor Schoelcher (musée de la Musique – Philharmonie de Paris, n° inventaire E.415) en cours d’analyse par imagerie XRF ©Oulfa Belhadj/CRC
Banza collecté par Victor Schoelcher (musée de la Musique – Philharmonie de Paris, n° inventaire E.415) en cours d’analyse par imagerie XRF ©Oulfa Belhadj/CRC

Ces différentes études ont été l’occasion de montrer les capacités de cette technique analytique, et de cet imageur en particulier, pour retrouver des informations chimiques et reconstruire un contexte historique à partir de matériaux altérés ou non visibles à l’œil nu.

Marie Radepont est ingénieure de recherche au Centre de Recherche sur la Conservation, MNHN. Physico-chimiste, elle est spécialisée dans l’étude des matériaux anciens en contexte artistique ou archéologique.

Pour citer ce billet : Marie Radepont. Acquisition d’un imageur XRF pour l’analyse d’objets du patrimoine. Les carnets de l’archéométrie, 21/04/2022, [en ligne] https://gt3cairn.hypotheses.org/?p=30


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Radepont (21 avril 2022). Acquisition d’un imageur XRF pour l’analyse d’objets du patrimoine. Les carnets de l’archéométrie. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p930


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search