Retour du Colloque du GMPCA : l’apport de l’interdisciplinarité et de l’approche intégrée pour penser les interactions sociétés / environnements

Nous avons eu le plaisir d’organiser le XXIIIe colloque d’archéométrie du GMPCA du 2 au 6 mai 2022 à Chambéry, après un report d’un an suite aux conditions sanitaires. Le colloque s’est tenu au Centre des congrès de Chambéry, le Manège, avec un total de 165 participants dont une vingtaine provenant de pays voisins (Angleterre, Suisse, Belgique, Espagne, Italie) mais aussi plus lointains (Égypte, Afrique du Sud, États-Unis, Chili, Argentine, Australie). Le programme, détaillé et accessible sur le site internet de l’évènement a été découpé en 3 thématiques permettant de faire le point sur l’avancée des recherches en archéométrie et d’organiser les communications autour de deux grandes questions fédératrices et centrées sur l’approche intégrée : (i) penser les interactions Homme/Environnement et (ii) restituer les vies de l’objet, à l’image des recherches menées au sein du laboratoire EDYTEM et du consortium Patrimalp. Le dernier volet thématique recouvrait les développements méthodologiques en terme d’analyse, de datation et de visualisation des milieux.

La communication d’ouverture présentée par Jean-Jacques Delannoy, Professeur à l’Université Savoie-Mont-Blanc, laboratoire EDYTEM, intitulée « Apports de l’approche intégrée dans la définition des accès, aménagements, exploitations et usages du milieu souterrain. La grotte de Cloogs cave en territoire Gunaikurnai (Australie) », a permis d’introduire la notion d’approche intégrée qui a été le fil conducteur pour tout le colloque. Il a été question lors de cette présentation de dialogues entre champs disciplinaires permettant de révéler des indices ethno-archéologiques, comme la transformation et l’usage des concrétions cassées dans cette petite grotte australienne largement aménagée et transformée au cours du temps ou encore la collecte des papillons de nuit dans les pratiques alimentaires des Old People australiens.

Ce concept d’approche intégrée était au cœur du premier thème visant à penser les relations entre les sites archéologiques et leurs environnements (naturel, culturel, territorial, technologique). Ce thème a pu être décliné en 3 sessions :

1a. La question de la chaîne opératoire des ressources naturelles a été abordée au travers d’exemples d’approvisionnement en matière colorante sur des sites d’habitat et des sites ornés (Chassin de Kergommeaux et al., Sardelli et al., MacDonald et al.). D’autres industries ont également été traitées au travers de différentes régions et temporalités, comme celle de la métallurgie dans les Pyrénées (Pages et al.), à Bruxelles (Saussus et al.) et en Afrique (Rodier et al.), l’exploitation d’argile (Beauvoit et al., Duval et al.), de roches comme les softstones et les obsidiennes (Le Bourdonnec et al., Martinet et al., Orange et al., Nitsche et al.), des charbons de sol (Jagou et al.), mais également en terme de ressources animales avec la chasse aux marmottes (Griggo et al.).

1b. Dans la continuité de la communication introductive, le concept d’anthropo-géomorphologie des sites ornés a été décliné dans des grottes ornées et des abris sous roche comme les sites d’art schématique néolithique contextualisés par Defrasne et al. Cette approche permet de réinterroger les morphologies de ces sites en les abordant en tant que « mémoires » de leur évolution et de leur transformation au cours de leur fréquentation humaine et animale. L’étude de ces morphologies à l’échelle du paysage et du paléo-paysage permet de reconstituer le contexte physique de ces sites et l’évolution de leur accessibilité au cours du temps (Genuite et al., Jacquet et al., Monney et al.). A l’échelle du site, il s’agit de pouvoir faire la part de l’action naturelle et culturelle pour identifier des architectures (Delannoy et al.) comprendre les paysages souterrains (Medina-Alcaide et al.), les effets des travaux, exploitations et transformation qu’a pu connaître une grotte comme La Mouthe depuis 125 ans (Petrognani et al.) ou encore l’usage des stalagmites comme dispositif d’éclairage (Ferrier et al.). Les données 3D couplées à la réalisation de cartographie géomorphologique à haute résolution se révèlent être un apport considérable pour comprendre l’évolution de ces morphologies à très fines échelles, comme dans le cas de la grotte de La Garma (Kemper et al.). Grâce à la compréhension du processus de délitement des parois (Vandevelde et al.), une méthode robuste permet d’évaluer l’impact du recul des parois et de considérer un facteur (anthropique) supplémentaire de l’érosion naturelle. Enfin pour replacer la production de l’expression graphique dans ces espaces contraints, il est possible de s’interroger sur l’investissement social et en coût de production ainsi qu’en terme d’accessibilité et de mobilité (Inxaurbe et al., Garate et al.).

1c. En croisant les informations enregistrées dans les archives naturelles et les données archéologiques, la dernière session s’est intéressée à comprendre les différentes pratiques culturelles et sociales en montagne et leur impact sur ce milieu. A partir des études de paléo-écologiques, il est possible de retracer la dynamique de la végétation et d’accéder aux pratiques agro-pastorales passées. C’est ce que nous ont montré les travaux de Julien et al. à partir de l’étude de la tourbière des Glières et du lac des Laouchets, de Walsh et al. dans le cadre du projet PATHWay consacré aux sociétés provençales et alpines, et de Cromartie et al. dans les montagnes du Caucase. L’analyse des macro-restes végétaux (graines, charbons de bois…) permet également de reconstituer les pratiques en montagne comme l’ont montré les travaux de Dufraisse et al. menés sur le mur d’Hannibal (Valais suisse) et les travaux de Py-Saragaglia et al. sur la gestion de la forêt dans les montagnes françaises. L’intégration de méthodes complémentaires comme les analyses isotopiques permet de mieux évaluer la part de la végétation sauvage et des résidus de traitement des récoltes dans l’alimentation du bétail en recherchant des indices de fertilisation (Martin et al.) ou encore d’accéder aux pratiques d’élevage (mobilité, alimentation, saisonnalité des naissances) dans les montagnes géorgiennes (Vautrin et al.). Les travaux de Cesarini et Laenger nous ont montré l’intérêt de la géochimie des sols pour identifier la fonction des sites d’altitude dans la vallée de Fressinières (Hautes-Alpes). L’ensemble des développements méthodologiques en paléoécologie, associé à un nouveau marqueur tel que l’analyse de l’ADN environnemental, a permis une avancée majeure pour retracer l’histoire de l’occupation et des pratiques dans ces milieux de montagne (Giguet-Covex et al.). Il est possible d’accéder au détail des autres thèmes et sessions au travers des différents résumés des communications et des posters accessibles dans le livret. Les communications orales ont été d’une grande qualité scientifique, accessibles pour les non spécialistes et permettant de donner la parole à une jeune communauté dynamique sensibilisée à la pratique de l’interdisciplinarité. Un fort engouement a été démontré pour les sessions méthodologiques, tout en replaçant le contexte et l’objet d’étude au cœur de la problématique.

Aurélie Chassin de Kergommeaux, doctorante au laboratoire EDYTEM, au côté de
Brandi Mac Donald, Assistant Research Professor, Archaeometry Laboratory at MURR, USA

Le prix du meilleur poster a été remis par un jury présidé par Brandi MacDonald, représentante de la Society for Archaeological Sciences (SAS), qui finançait ce prix. Le prix a été décerné à Aurélie Chassin de Kergommeaux, doctorante au laboratoire EDYTEM, pour son poster « Trajectoires des roches riches en fer au Paléolithique : genèse, sélection et altération ». Le 2e prix revient à Marie Orange, post-doctorante GPR Human Past, au laboratoire Archéosciences Bordeaux pour son poster « L’exploitation des ressources minérales en milieu montagnard entre le Néolithique et l’Âge du Bronze : vers une étude à haute résolution des réseaux de l’obsidienne dans le sud du Caucase ».

Le contexte plus détendu concernant les contraintes sanitaires, la présence physique de tous les participants et le déroulement de l’ensemble du colloque dans un même lieu ont fortement contribué à l’ambiance chaleureuse de ces rencontres et à favoriser les échanges. Le colloque était également l’occasion de faire découvrir aux participants le Château de Chambéry avec une visite guidée proposée par la direction des Archives, du Patrimoine et des Musées du département de la Savoie. Une projection du film « Néandertal : le mystère de la grotte Bruniquel » a été proposée également à un public plus large, avec des échanges en présence du réalisateur du film multi-primé Luc-Henry Fage, ainsi qu’une partie de l’équipe scientifique. Une soirée de gala, rythmée par des airs tsiganes et jazz fut l’occasion de gouter aux spécialités savoyardes.

Enfin, la manifestation a fait l’objet d’une petite étude à propos de son empreinte écologique. Une enquête sur les déplacements des participants a été réalisée, l’origine des aliments préparés pour les repas et le type d’agriculture ont été répertoriés avec l’aide du traiteur. L’étude aboutira sur des chiffres en émission eq.CO2/participant.

Nous profitons de ce billet pour renouveler nos remerciements à tous nos sponsors et partenaires qui ont rendu possible la réalisation de ce colloque. Certains d’entre eux étaient présents pour présenter leur expertise et leurs dispositifs expérimentaux (Elementar France, Hirox, Bruker et Synergie 4). Un soutien financier a été obtenu auprès des tutelles de l’USMB et du CNRS ainsi qu’auprès de l’INRAP et d’autres sponsors (Paléotime, Specsole, Archéodénum). Nous sommes heureux de transmettre le flambeau à l’équipe du laboratoire du CEPAM qui a accepté le défi d’organiser le prochain colloque d’archéométrie l’année prochaine à Nice.

Pour citer ce billet : Emilie Chalmin. Retour du Colloque du GMPCA : l’apport de l’interdisciplinarité et de l’approche intégrée pour penser les interactions sociétés / environnements. Les carnets de l’archéométrie, 25/07/2022, https://gt3cairn.hypotheses.org/?p=548



Citer ce billet
Emilie Chalmin (2022, 25 juillet). Retour du Colloque du GMPCA : l’apport de l’interdisciplinarité et de l’approche intégrée pour penser les interactions sociétés / environnements. Les carnets de l’archéométrie. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p932

Emilie Chalmin

Enseignante-chercheuse au laboratoire EDYTEM, USMB ORCID : 0000-0001-9537-773X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search