PCR Réseau de lithothèques et GDR SILEX : des recherches sur les silicites et les litho-espaces préhistoriques

Ce premier billet article présente le cadre des travaux communs aux quatre Projets Collectifs de Recherche (PCR) « Réseau de lithothèques » [1], et au Groupement de Recherche (GDR) « SILEX ». Les billets suivants évoqueront certaines des ressources techniques et des points de méthodes mis en place dans le cadre de ces travaux.

Les travaux des PCR Réseau de lithothèques

Les PCR Réseau de lithothèques sont des projets régionaux consistant en i) la production d’une carte des formations à silicites [2], ii) l’inventaire et la caractérisation des matériaux siliceux présents dans les lithothèques existantes ou recueillis lors de nouvelles prospection, iii) la formation aux nouvelles techniques de la pétroarchéologie pour les professionnels et les étudiants, et iv) le soutien aux opérations archéologiques, programmées ou préventives. Ces projets bénéficient de financements du Ministère de la Culture, de collectivités territoriales, de l’Inrap, de Paléotime ainsi que d’associations. Ils s’appuient sur une méthode harmonisée de description et de caractérisation des silicites. Ces travaux sont conduits par des chercheurs de disciplines très diverses : archéologues, géologues, géochimistes, minéralogistes, géographes, etc. Ces réseaux de chercheurs produisent et utilisent des données multi-thématiques concernant les logiques spatiales d’approvisionnement des populations préhistoriques en géomatériaux, qui ont concerné des territoires de subsistance des populations d’étendues très variables, quelques kilomètres carrés à plusieurs milliers de kilomètres carrés.


Les chercheurs engagés dans les PCR participent à la constitution d’un référentiel commun pour lequel ils mobilisent des données et des ressources documentaires d’origine et de nature très diverses :

  • données de prospection de terrain (carnets de terrain, rapports d’opération)
  • cartes géologiques du BRGM au 1/50 000 et leurs notices
  • autre documentation géologique et géotechnique le cas échéant
  • publications scientifiques
  • ressources documentaires diverses dont certaines sont disponibles sur Internet.

Dès la création du premier des PCR en 2006 pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, les PCR Réseaux de lithothèques se sont voulus collaboratifs. Les chercheurs ont décidé de partager autant leurs données, leurs savoir-faire, leurs réflexions, mais aussi les points de vigilance auxquels prêter attention. Cette volonté toujours affichée au sein des projets et des échanges avec d’autres projets et acteurs qui s’en sont inspirés, a constitué une boussole. Avant que cela ne devienne l’objet même des nouvelles stratégies nationale et internationale en matière de diffusion des savoirs scientifiques[3], les PCR ont adopté certains des principes prévalant aujourd’hui dans le mouvement de la Science Ouverte, selon des principes regroupés aujourd’hui sous l’acronyme FAIR[4].

Le GDR SILEX

Forts des résultats des PCR, il est apparu nécessaire à leurs membres de disposer d’un cadre fédérateur pour regrouper les travaux à une échelle suprarégionale. Créé en 2019 pour cinq ans, le GDR SILEX est cofinancé par le CNRS (INSHS[5] et INEE[6]), le Ministère de la Culture, l’Inrap et Paléotime. Il a comme objectif de fédérer et donner un cadre commun aux recherches sur les silicites (avancées méthodologiques, base de données, photothèque, documents de cadrage) qui bénéficie aux travaux des quatre PCR. Aujourd’hui, le GDR SILEX regroupe une centaine de chercheurs.

La recherche permanente d’une coordination étroite entre les PCR et le GDR est l’une des clés de l’avancement cohérent et de la convergence des travaux. De même, la recherche permanente du consensus au sein du Comité de Pilotage du GDR SILEX comme au sein de chacun des PCR fut au centre de ces projets. Même si le consensus fut parfois difficile à atteindre, il a toujours été l’occasion de débats riches et stimulants, et il a permis d’aboutir à des solutions inédites, innovantes et originales.


Pour citer ce billet : Christophe Tufféry, Vincent Delvigne, Paul Fernandes, Céline Bressy-Léandri, Stéphane Renault, Jérémy Garniaux. PCR Réseau de lithothèques et GDR SILEX : des recherches sur les silicites et les litho-espaces préhistoriques
Les carnets de l’archéométrie, 06/09/2022, https://gt3cairn.hypotheses.org/?p=633

Christophe Tufféry est ingénieur de recherche à l’Inrap. Il est chargé des méthodes et outils d’acquisition de données de terrain. Il est chercheur associé à l’UMR 8068 TEMPS.
Vincent Delvigne est chargé de recherche au CNRS. Il est spécialiste de l’étude des matériaux siliceux. Il est membre de l’UMR 8068 TEMPS. Il est chercheur associé au Service de Préhistoire de l’Université de Liège.
Paul Fernandes est pétroarchéologue. Il travaille à Paléotime. Il est chercheur associé à l’UMR 8068 TEMPS.
Céline Bressy-Léandri est ingénieur de recherche au Ministère de la Culture. Elle est spécialiste de l’étude des matériaux siliceux. Elle est cheffe du Service Régional de l’Archéologie de la DRAC de Corse et membre de l’UMR 5608 TRACES.
Stéphane Renault est ingénieur de recherche CNRS au LAMPEA (UMR 7269), à la Maison Méditerranéenne des Sciences de L’Homme à Aix-en-Provence (UAR 3125). Il est coordinateur éditorial pour plusieurs supports de publication et de valorisation de la recherche et intervient en soutien à des projets numériques et d’édition de données de la recherche archéologique sur des plateformes collaboratives.
Jérémy Garniaux est ingénieur d’études à la Maison Méditerranéenne des Sciences de L’Homme à Aix-en-Provence. Il est chargé du développement d’ArcaDIIS, plateforme éditoriale pour l’interopérabilité et le partage des données de l’archéologie portée par le LAMPEA.

[1] Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val de Loire, Nouvelle Aquitaine, Ile-de-France

[2] Le terme de silicite désigne l’ensemble des roches ayant subi une silicification d’origine chimique, biochimique ou diagénétique (silex, chert, silcrète et silice hydrothermale). Il permet de s’affranchir du terme silex (ou flint), dont le sens est sujet à controverse et à des incompréhensions selon qu’il est employé par les géologues, les pétrographes, les sédimentologues ou les archéologues. Nous employons donc le terme de silex uniquement pour désigner les roches ayant subi une diagénèse initiale suivie d’une épigenèse siliceuse et portant un cortex.

[3] Tous les rapports des PCR sont disponibles sur le site HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/

[4] Findable, Accessible, Interoperable, Reusable (Wilkinson et al. 2016)

[5] Institut des sciences humaines et sociales

[6] Institut écologie et environnement



Citer ce billet
Christophe TUFFERY (2022, 6 septembre). PCR Réseau de lithothèques et GDR SILEX : des recherches sur les silicites et les litho-espaces préhistoriques. Les carnets de l’archéométrie. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p933

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search